100% bouquin

Victime n°1

La femme courait dans le noir, affolée. Ses cheveux trempés de pluie luisaient, collant à son front et à sa nuque et le liquide lui gouttait dans les yeux. Elle haletait et transpirait. Elle trébucha sur une pierre affleurant hors du sol. Un craquement sinistre suivit d'un gémissement atroce qui partait dans les aigus révéla que sa cheville avait cédé. Tant bien que mal, elle se redressa et, traînant sa jambe meurtrie, elle repris sa course.

Derrière elle, des pas que l'on ne pouvait entendre auparavant, retentissaient. Elle ne put retenir un couinement de terreur après avoir fait volte face et aperçu la silhouette sombre et étrangement informe, sans doute à cause du long manteau noir, qui la suivait. La forme s'arrêta un instant avant de plonger la main dans une de ses poches. Un éclat argenté scintilla dans sa main et elle reprit sa lente progression. Il ne servait à rien de se presser : la femme s'était brisé la cheville, les os avaient produit douloureux son de fracturation.

La fuyarde, terrifiée, continuait de courir avec l'énergie du désespoir à une vitesse bien trop faible pour espérer s'en sortir. Son membre inférieur subissait une pression trop forte et était engourdit par des élancements intolérables, l'empêchant de courir à une allure satisfaisante. Elle chuta de nouveau, s'éraflant les genoux et les paumes des mains sur le sol dur. Lorsqu'elle se releva enfin, il était trop tard. Sa bouche s'ouvrit sur un cri silencieux à l'instant où la silhouette menaçante fondit sur elle, bras tendus. Il y eu des bruits de lutte, des gémissements et des crissements de talons sur la pierre. Puis, plus rien, et le silence de la nuit repris ses droits. La silhouette partit comme elle était venue, d'un pas lourd et tranquille, sans que son visage ne se départisse une seule seconde de son masque d'ombres. Sur place, il ne restait que la femme, ses cheveux humides d'une pluie un peu plus rouge qu'elle n'aurait dû l'être, ses mains et ses genoux écorchés, sa cheville étrangement tordue dans un angle qui faisait mal rien qu'à regarder et, sur elle, près du cœur, là où il y avait le plus de cette pluie rougeâtre, un objet à la couleur argenté... 



16/06/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres