100% bouquin

Le mariage de Lucie

 

Je m'appelle Marie et j'ai 25 ans. Je vis dans une petite ville, dans le sud de la France. Je me suis mariée il y a peu, mais je suis triste. Je passe chaque jours devant la maison de mon enfance et je pense à ma sœur, Lucie. Elle vit toujours là-bas et je me sens coupable de l'y avoir laissée. Je me souviens que Lucie nous a tous aidés. Nous étions une grande fratrie, 7 filles et 4 garçons. Lucie était notre aînée à tous et moi, je suis née la dernière. Nous nous sommes retrouvés orphelins alors que je n'était qu'un bébé. Il n'y avait donc plus qu'elle et moi dans notre grande maison. A présent, comme elle doit se sentir seule !  La pauvre, elle a déjà plus de 40 ans, il est sûr que personne ne voudra l'épouser. Après nous avoir tous élevés comme si nous étions ses propres enfants, nous l'avons abandonnée dans cette maison qui était la notre, abandonnée avec le poids de ses années. J'ai envoyé un lettre à chacun de mes frères et sœurs pour les mettre au courant de mon désarroi et pour que nous cherchions une solution. Nous vivons tous dans cette ville, mais nous ne nous voyons pas beaucoup. Je suis celle qui habite le plus près de Lucie et quand je l'ai informée que j'avais invité tous le monde, j'ai cru qu'elle allait en sauter de joie. D'ailleurs, elle a insisté pour recevoir toute la famille, moi comprise, chez elle pendant le séjour. Une semaine plus tard, la date était fixée. Irène, Robert et Sylvie sont arrivés les premiers, rapidement suivis par Julien, Francine, François et Olivia. Martha est arrivée le lendemain, elle a eu quelques problèmes urgents à régler et Pierre est apparu le même jour dans la soirée, lui aussi avait été retenu, mais par son travail.

Lorsque nous avons tous été réunis et que Lucie dormait, nous avons mis au point le plan : "Le mariage de Lucie". Que l'opération commence !

Pour mener notre mission à bien, nous nous sommes répartis en groupes de 2. Je me suis retrouvée avec Pierre et nous avons été les premiers à commencer l'opération. 

Pierre a eu la merveilleuse idée de demander à la pâtissière si elle connaissait un homme d'une quarantaine d'année qui voudrait se marier. Un à un, tous les groupes ont à leur tour posé la question aux voisins, aux commerçant et à nos anciennes connaissances restée dans le quartier. Je sais que ça peut paraître enfantin mais c'est la seule option que nous avions. Martha avait même proposé d'enlever un homme au hasard dans la rue et de le présenter à Lucie, alors, ce plan là nous a parut plus adéquat.  Mais, nous n'avions pas prévu que le facteur en parlerait à notre grande sœur...

Le soir même, après le dîner, nous avons tous été appelés dans la grande salle par Lucie. Elle nous attendait de pied ferme et, dès notre entrée, elle nous a demandé pourquoi nous voulions la marier. Nos faibles protestations ne lui ont pas plu et elle a répété sa question, d'un voix plus menaçante. J'ai fini par me lancer :

" Nous nous en voulions de te laisser seule ici alors que tu t'es occupée de nous pendant toutes ces années. Si tu avais un mari, tu ne serais pas seule et nous ne nous inquiéterions plus ! Alors, nous nous somme dit que, si quelqu'un était seul et qu'il te plaisait, ça pouvait bien se terminer..."

Émue, elle a alors fondu en larmes, puis, se reprenant, elle nous a expliqué :

" Mais voyons, je n'ai pas besoin de mari ! Je suis peut-être vieille, mais je n'ai pas gâché ma vie. J'ai élevé neuf merveilleux enfants, qu'est-ce que je pouvais souhaiter de mieux ? "

Une grande émotion nous a étreint. Il y a eu des larmes, de joie et de bonheur bien sûr, des rires, des enfantillages et des souvenirs. Oui, cette invitation nous a rapprochés. Lucie n'est plus notre grande sœur à présent. Le rôle qu'elle a remplit et qu'elle occupe toujours est plutôt celui de "maman" !

 

Fin 

 



07/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres