100% bouquin

Et on recommence...

Tu as droit à la faiblesse. C'est ce qui nous rend humains.

La ferme, tu m'emmerdes.

(chante) Je dessinais un ciel d'été clair...

(chante) Sous cette pluie qui ne cesse de tomber...

Tu réduis toutes mes chansons à ça. A ton sentiment de tristesse.

(chante) Pour protéger mon moi d'hier, je préférerais rire, c'est bon si je pleure ? Mais, ce n'est pas bon ? Peu importe, ce n'est pas bon ?

La ferme, tu m'emmerdes.

Nous sommes prises dans la boucle infernale de ce dialogue. Ça me donne envie de pleurer.

 

Et maintenant, reprenez le texte au début. Vous allez voir, c'est cohérent. 



08/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres