100% bouquin

Encore les Lynch

7

 

 J'étais en train d'essayer de me convaincre que c'était bien quand Abi est arrivée en sautillant comme un chiot. Elle était surexcitée. N'était-elle comme ça qu'avec moi ? J'avais vraiment du mal à croire que personne d'autre n'avait vu ce côté d'elle. Enfin, j'essayais de me convaincre que c'était bien de revoir les Lynch près de deux ans après l'incident du chien. Sauf que je ne pouvais supporter ni le fils, ni le père, avant comme après la mort du chien. En plus, Margaret étant souffrante, elle n'avait pu les accompagner. J'en étais arrivée à la conclusion que ce séjour des Lynch serait pour moi une sorte de cache-cache perpétuel. 

" Frei ! Ils arrivent !

- J'ai une sensation de déjà vu là.

- Dépêche toi Freya !

- A vos ordres Madame Abigail Lynch. "

Comme à chaque fois que l'appelais comme ça, elle s'est mise à rougir et elle est partie en courant. Je me suis approchée de la commode pour voir ce que l'on m'avait préparé cette fois. Je m'attendais à une de ses robes à froufrou, une habitude qui allait avec les invités importants. J'ai donc été très étonnée de trouver une petit robe bleu foncé, tout légère, toute simple. Il semblait qu'on avait enfin abandonné quand à mon "éducation". Mais, malgré ça, je ne serai sûrement pas dispensée de les voir arriver. Alors, comme je n'avais rien de mieux à faire, je suis allée m'asseoir sur les marches du perron. Devant moi, il y avait une Abigail très droite et sérieuse. Chaque fois que je voyais ça, ça m'amusait beaucoup. Je lui ai touché l'épaule et elle a fait un bond.

" Tu es tendue.

- Non.

- Ce n'était pas une question. Ne t'en fais pas. Il n'y aucune chance qu'il se marie avec quelqu'un d'autre que toi.

- Je le sais.

- Tu as fais de gros efforts. Tu l'as toujours voulu, non ? Quand on était petites, ça crevait les yeux.

- Ne dis pas de choses embarrassantes de cette façon.

- De quelle façon ?

- Sans émotion. C'est bizarre.

- Hé hé hé. "

Nous n'avons plus dit un mot. Les chevaux ont enfin été visibles après plusieurs minutes. Quand ils se sont arrêté devant nous, les deux hommes sont sortis. Le père n'avait pas changé. Peut-être s'était-il un peu tassé ? En tout cas, c'était toujours un petit homme rond. Mais Luke avait beaucoup changé en deux ans. Il avait, entre autre, vraiment grandit et son regard n'était plus le même. Plus dur ? En tout cas, différent.

Et une autre chose avait changée. Je ne portais, pour une fois, pas une robe jaune de ma sœur mais l'une des miennes. Et ils m'ont jeté un regard. J'ai trouvé ça tellement étrange que j'en ai presque oublié de me lever pour les accueillir. 

 



22/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres