100% bouquin

C'était nous

Je n'aime pas ce texte. Il ne me ressemble pas du tout, mais on m'a félicitée pour alors je vous le poste pour demander votre avis.

Le premier et le dernier

 



C'était nous.

Il y a longtemps, sans doute. Le monde avait l'air plus grand, tout semblait plus effrayant et l'avenir paraissait loin devant. Si loin devant nous. Nous étions à l'abri de tout. Mais nous pouvions quand même nous briser l'un l'autre sans l'avoir désiré.

Tu as été le premier. Mon premier contact avec le monde. Le premier sur qui j'ai vraiment compté. Je suppose que je peux te remercier pour ça. Alors, pour te montrer ma gratitude, moi qui cache mes émotions, qui ne suis pas capable de m'ouvrir, je vais quand même faire de mon mieux, et te dire "merci" avec un joli sourire. Car après tout, je suppose que notre premier ami est une personne importante dans notre vie...

Alors que le monde rétrécissait autour de nous, que les peurs s'évaporaient et que le futur nous rattrapait, lentement mais sûrement, nous nous sommes rapprochés. La protection se fissurait et les blessures nous guettaient.

Encore une fois, tu as été le premier. La notion d'amour dans toute son absurdité nous a submergés et nous nous y sommes abandonnés. Je ne le regrette pas. J'espère que toi non plus. Bien sûr, ça n'a pas duré. Je le savais, mais je voulais y croire quand même. Je n'ai sans doute pas contribué à nous garder près l'un de l'autre. Pour me débarrasser de mes regrets et pour toutes les fois où je ne l'ai pas dis, j'étirerais à nouveau mes lèvres en un sourire tremblant avant de t'annoncer "je t'aimais". Parce que le premier amour garde un sens, d'une certaine façon.

Maintenant que le monde est devenu tout petit, et que l'avenir est à présent notre seule peur, car il ne semblait tout de même pas si près, l'abri s'est désagrégé et nous pansons en vain nos plaies. 

Finalement, comme je le pressentais, tu es devenu le dernier. Je t'ai repoussé, je t'ai apprécié, je t'ai aimé. Tu es devenu tout. Peut-être aurait-il mieux valut pour nous que nos premières fois ne se mélangent pas. Mais je ne nous en veux pas. L'histoire s'est écrite comme ça. Malgré le fait que notre amitié sois restée, la douleur de mon âme refuse de s'en aller. Alors, pour chaque seconde que j'endure, je vais te le dire, sans sourire, avec des larmes plein les yeux, et le cœur anxieux. "Je t'aime encore."

Oui, c'était nous... Le monde deviens flou, il est trop étroit pour toi et moi, alors prends ton temps, suis le futur qui t'attends et pardonne-moi de partir devant.



22/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres