100% bouquin

Briefing n°5

Le lieutenant se tenait debout dans la salle de conférence. Face à lui se trouvait, semblable à une seule entité frémissante, la quasi-totalité de l'effectif des forces de l'ordre. La fin de l'affaire était proche, tous pouvaient pratiquement sentir le goût de la victoire sur leurs papilles. Et ils savaient, tous autant qu'ils étaient, qu'enfin la tranquillité, le repos, et un niveau de fierté et d'honneur non négligeable, les attendaient. Ô délicieuse tension ! Ô douce impatience ! Autant de sentiments merveilleux qu'il fallait réfréner ; garder la tête froide encore quelques temps permettrait d'attraper le criminel plus rapidement. 

Le lieutenant prit une brusque inspiration et commença son exposé usuel. Graham Huff, 15 ans, lacéré des dix-sept coups de couteaux dont ils avaient désormais l'habitude.  Collégien banal, en pleine crise d'adolescence, il venait de se disputer avec ses parents à propos d'un soirée entre amis à laquelle il souhaitait se rendre malgré le danger rodant au dehors.

On pouvait presque entendre certains penser quelque chose comme "Ça n'a pas raté." L'orateur ignora les regards pesant sur lui, lourds d'ironie et d'humour noir, son visage ne trahissant rien d'autre que de l'excitation, mais peut-être s'amusait-il aussi, avec ce sarcasme propre aux métiers qui exposent à ce genre de drames, de cette tragique coïncidence. Il continua, plus exalté que jamais, l'énoncé de faits qu'il paraissait avoir appris par cœur. De temps en temps, il jetait un coup d’œil vers la porte mais personne ne pénétrait dans la salle pendant ses explications. Puis il confirma ce dont tous voulaient être assurés : ils avaient bel et bien des suspects cette fois. Enfin, les pistes étaient sérieuses, toutes liées aux fameuses fibres noires, et cela marquait le point de départ d'un partie grisante de l'enquête, qui serait immanquablement suivie d'une déception terrassante si leurs efforts ne portaient pas leurs fruits. 

Alors que le jeune homme chargé de l'enquête finissait de nommer les différents suspects, la petite scientifique, un cache nez enroulé autour de son cou et de la partie inférieure de son visage, entra dans la salle et, après que ses yeux se soient légèrement plissés comme si elle souriait, se fondit dans la masse. Le lieutenant assigna diverses tâches à toutes ses équipes : appréhender les suspects, interroger les proches... Puis il descendit de l'estrade signifiant par là la fin de la réunion. Les policiers se dispersèrent avec une fébrilité non dissimulée et leur supérieur, toujours chef par intérim , les hauts gradés n'étant toujours pas rentrés de leurs congés, se retrouva seul avec la jeune femme.

Cette de dernière serra fortement une des grandes mains de l'homme entre les siennes, minuscules en comparaison, avant de quitter la pièce à son tour. Ses hésiter un instant, l'autre la suivit et tout deux se dirigèrent vers le laboratoire. 

Lentement mais sûrement, l'étau se refermait autour du criminel.



22/05/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres