100% bouquin

Briefing n°3

Le lieutenant pouvait voir la foule amassée dans la salle de réunion depuis son bureau. Il ne semblait pas pressé. L'enquête n'avançait pas et il n'avait rien à dire pour rassurer la population. La petite policière qu'il avait aperçu après le second briefing frappa à sa porte. Elle faisait partie de la brigade scientifique. Ces derniers lui avait promis de lui envoyer quelqu'un pour s'exprimer avec lui. Ils échangèrent quelques mots, mais ils se connaissaient déjà, de vue du moins. Ils avaient travaillé ensemble une ou deux fois sur des délits mineurs et des enquêtes d'une moindre envergure. 

Ils s'installèrent sur l'estrade de la salle de réunion et le silence se fit instantanément. Le jeune homme prit la parole le premier, et, comme les fois précédentes, commença par parler de la victime. Il se nommait Jim Crambers, venait d'avoir 27 ans et travaillait dans un bar, trois soirs par semaine, en tant que serveur pour payer une partie de ses dépenses. Il était exemplaire dans tous les domaines et avait même obtenu une bourse universitaire. Son meurtre était pratiquement identique aux précédents, la seule différence notable était sa condition physique qui dépassait de loin celle des précédentes victimes. L'assassin devait être lui aussi assez fort pour avoir pu tuer un home d'un telle stature.

Jim Crambers avait donc, lui aussi reçu dix-sept coups de couteau, couteau qui, comme à chaque fois, avait été profondément enfoncé dans le cœur. Le mode opératoire étant le même on pouvait à présent affirmer avec beaucoup de certitude et peu de réserve que la police recherchait un tueur en série. L'assistance commença à s'agiter, chacun ayant son mot à dire et il fallut plusieurs minutes pour que la clameur se calme. La femme prit le relais.

Elle affirma que le criminel devait faire des repérages, au vu du peu d'indices qu'il laissait, et devait donc préparer le terrain à l'avance. Tout individu suspect devrait donc être signalé. Elle conseilla de ne pas sortir trop tard et fit de son mieux pour rassurer l'assemblée affolée avant de se perdre en détails scientifiques qui eurent l'air de calmer tout le monde même si personne n'y comprenait rien.

Les deux intervenants congédièrent leurs auditeurs et, une fois la salle vie, ils parlèrent encore de l'enquête, sur un ton bien plus familier, révélateur du fait qu'ils se connaissaient. Certains détails ne pouvaient être révélés au public. Comme cette fibre noire que l'on avait retrouvée sur le corps de la dernière victime...



08/09/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres