100% bouquin

Briefing n°2

Ce n'était pas comme si ce qui se passait était inconnu de tous, ni comme si l'annonce que le lieutenant allait faire - parce qu'il n'y avait aucun doutes n'est-ce pas ? - pouvait susciter la surprise. Lorsque le jeune homme arriva enfin, l'assistance composée de ses collègues et de journalistes se calma un peu. Il commença par exposer les faits, de la même façon que la première fois.

Il s'agissait d'un vieil homme d'à peu près soixante-quinze ans, un retraité sans histoire qui allait être grand-père et se rendait à l'église tous les dimanches. Il était somme toute très ordinaire. Son décès, en revanche, l'était moins. Dix-sept coups de couteau, dont le dernier dans le cœur où l'arme avait été enfoncée et abandonnée, l'avaient achevé. Un court silence endeuillé suivi ces mots puis le lieutenant repris. Ce crime avait des similitudes avec le dernier en date.

Alors est-ce que les morts de la jeune femme et de Archibald Hurst, le vieil homme, étaient liées ? Peut-être. Petite pause dans le discours, les auditeurs retenaient leur souffle.Allait-il le dire, ce mot qui fascinait et terrifiait à la fois ? Sans se départir de son calme, l'homme expliqua que la police avait plusieurs hypothèses mais, comme il s'agissait seulement de suppositions, aucune n'était considérée comme étant assez fiable pour être énoncée en cet instant. La salle s'indigna. Il se leva sans répliquer et sortit.

Une fois réfugié dans son bureau, il eu un petit sourire. Il ne le dirait pas, pas encore. Autant les laisser mariner un peu, de toute façon, si cela se reproduisait, il n'aurait plus le choix. Et il ne doutait pas un instant de la possibilité d'autres meurtres. Enfin, on parlait de morts - et d'un ralentissement considérable de sa carrière mais là n'était pas l'important, ce n'était pas comme s'il faisait le travail de ses rêves non plus - alors ce n'était pas exactement le moment propice pour sourire.

Il jeta un coup d’œil au dehors, son regard toujours étrangement pesant se portant automatiquement sur ses hommes. Tout occupé qu'il était à détailler certains d'entre eux, il ne remarqua tout d'abord pas la policière maigrichonne qui le fixait depuis la machine à café. Elle fit un mouvement non contrôlé et, quand elle reporta son attention sur son supérieur, elle se retrouva transpercée par deux yeux bleu glacé, sévères et menaçants. Elle tourna les talons, et, jusqu'à ce qu'elle quitte l'étage, il lui sembla sentir la brûlure de ces yeux sur sa nuque, surveillant ses mouvements.      



15/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres