100% bouquin

St Valentin


Le Collier



 

La St Valentin. Le jour des amoureux. Un vrai cauchemar pour les garçons, un rêve pour les filles. Au Japon, seules les filles offrent des choses ce jour-là. Mais les garçons ont le White Day pour compenser.

C'est ce jour-là qu'appréhende Sylvain. C'est un collégien comme les autres qui a des amis, des ennemis et surtout, un petite-amie. Elle s'appelle Charla. C'est un nom bizarre, personne à part elle n'a l'air de s'appeler Charla. En fait, tout le monde trouve cette fille bizarre. Elle porte des jupes toute l'année, même en hiver, elle cueille des fleurs pour les professeurs et elle chante quand il y a du soleil. Sylvain a trouvé ça amusant la première fois qu'il l'a rencontrée. Alors ils sont devenus amis. Et puis, ils ont fini par être amoureux. Et maintenant, il ne sait pas quoi lui offrir. Qu'est-ce qu'une personne comme elle pourrait aimer ? Il n'en a aucune idée. Car, ce n'est pas vraiment de leurs goûts personnels dont ils parlent quand ils sont ensemble. De temps en temps, elle lui raconte une histoire incroyable, ou bien une autre des choses folles qu'elle a faites. Charla ne semble pas savoir que ce qu'elle fait n'est pas considéré comme "normal". Même si elle le savait, elle continuerai sans doute. Qu'elle mal y a-t-il à s'amuser, à être soit-même ? Mais, que peut-on bien acheter à quelqu'un comme ça ?

"Hé, Sylvain ! Tu m'écoutes ? a lancé Mathéo.

- Hum ?

- Qu'est que tu vas offrir à Charla ?

- Tu crois que ça passe si je ne fais rien ?

- Non, jamais ! Offre-lui un cadeau, c'est obligatoire.

- Je suis sûr qu'elle ne sait pas que c'est la St Valentin...

- Tu te cherches des excuses mon vieux ! Viens avec moi, ma mère tient une bijouterie fantaisie, tu devrai trouver quelque chose !"

C'est comme ça que Sylvain c'est retrouver avec un beau collier pour le jour J. La mère de Mathéo le lui avait donné gratuitement. Il avait fait de gros efforts pour l'emballer dans un papier jaune soleil et sa propre mère l'avait aidé à ajouter un ruban vert sur le dessus. Au final, Charla avait été très contente et n'avait cessé de le porter. Même alors qu'ils étaient grands, mariés et qu'ils avaient deux adorables enfants, elle le portait toujours. 


12/02/2015
1 Poster un commentaire

La lettre de St Valentin

Toutes les fautes dans cet article sont voulues, les mauvaises tournures de phrases aussi. Les commentaires en italique entre parenthèses sont les réflexions que la fille de l'article précédent fait en lisant.

Je t'ai vu, tu étai la, assise sur un bant du centre commercial (c'était quand ? la dernière fois que j'y ai été ça devait être en primaire...). Je te fixais sans sesse car ta beauter m'hypnotisais, je ne voyé plu que toi, tous ce qui était autour de toi avaient disparu (mais bien sûr...). Tes cheveux blons éclérais  plus que le soleil (mes cheveux sont noirs). Ton regard triste, fixen le sol m'a émut. Tout ça pour dire que je vous aime (vous maintenant ?) et j'éspère que c'est réciproke (je ne sais pas qui tu es...).  


21/11/2014
0 Poster un commentaire

Les lettres à la St Valentin

st valentin.jpg

 

Je n'aime pas la St Valentin. Je stresse à la simple idée que l'on m'envoie une de ces lettres d'un rose écœurant, pleine de déclarations et autres sornettes. Habituellement, je n'en reçoit pas (ou alors celles de petits nouveaux qui ne me connaissent pas) car on me trouve insociable et morbide. Ces façons de me voir ne me dérangent pas puisqu'elles engagent les autres à me laisser tranquille, mais, à le 14 février, à force de voir des gens amoureux et des collégiennes qui comparent leurs lettres, je fini par me sentir un peu seule. Enfin, ça ne dure pas et puis j'ai Green et Black, mes animaux, pour me consoler.

Cette année, quand je suis arrivée au collège, tout le monde était rassemblé autour des casiers comme à chaque fois. Non...Ils n'étaient pas rassemblés autours des casiers, il tournaient autour de mon casier ! Soudain, un fille m'a aperçue et a dit : "Attention, la voila ! La voila ! " Tous les élèves se sont alors écartés et ont ouvert chacun leur propre casier. En regardant le mien, j'ai vu le coin d'une enveloppe rose coincé dans la porte, et j'ai pensé : " Soit c'est celle d'un nouveau, soit c'est une mauvaise blague, soit un des garçons de ce collège est très imprudent." Quand j'ai ouvert, j'ai mis la lettre au fond de mon sac, juste pour la lire plus tard chez moi avec Black et Green.

Le soir, en rentant, j'avait oublié la lettre rose. Ce n'est que quand elle a glissé de mon sac que je me suis souvenue que j'en avais reçue une... Ma grande sœur, Alya, est arrivée à ce moment là, son sac en bandoulière gonflé des lettres de ses admirateurs. Comme d'habitude, elle a commencé à se plaindre du nombre de lettres qu'elle recevait, mais son sourire contredisait ses paroles. Elle a toujours adoré que l'on fasse attention à elle, du coup, il est évident que je suis un peu terne quand nous sommes ensemble... Soudain, Alya s'est penchée vers moi et a murmuré :

" Tient, tient, tu en a reçu une aussi ! On la lira avec le loup et la chatte comme l'an dernier ?

- Si tu y tiens... Mais tu sais ce ne sera peut-être pas aussi amusant que la dernière fois ! Je n'aurais pas dû la brûler celle du la précédente St Valentin, on aurait de nouveau bien rit...

- Oh, allez !

- C'est bon, c'est bon ! Je vous la lirais c'est promis, mais de ton côté, tu as intérêt à nous faire un sélection des tiennes. "

A cet instant, Green, la petite chatte, a sauté sur le bureau pour échapper à Black, le loup noir, interrompant notre échange. Nous les avons chassés en riant et avons terminé nos devoir avant de nous mettre à table pour le dîner. Puis, nous nous sommes réunis dans la chambre de ma grande sœur et elle a laissé Green et Black choisir chacun une enveloppe dans le tas. La première contenait ce qui aurait put être un poème si il y avait eu des rimes et l'autre un longue et grandiloquente déclaration d'amour. Ensuite, j'ai déchiré l'enveloppe rose de la mienne et j'ai commencé ma lecture. A chaque mot les yeux d'Alya s’écarquillaient un peu plus, et j'avais de plus en plus de mal à me retenir de rire. Cette lettre était plus ridicule encore que les précédentes ! Incohérente et pleine de fautes, elle avait sans doutes été écrite par un sixième.

Enfin, on peut dire que ce 14 février avait été amusant !   

 

 


09/02/2014
5 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser